Rollin 60's Neigborhood Crips

Forum > Factions > Rollin 60's Neigborhood Crips

Rollin 60's Neigborhood Crips

Par Yannis, Il y à 3 sem.

  • Yannis
  • Messages : 101
  • SARP Team
  • Hors-ligne

Los Angeles en 1920


L’ORIGINE D’UN TOUT

Apparus dans les années 70, les Crips ne sont pas nés par hasard dans les rues de La Cité des Anges. Surnommé « Gangland », la mégalopole californienne cultive en effet une longue tradition en matière de bandes organisées.

Les premières bandes organisées furent recensées dès les années 20. Au sein de la communauté afro-américaine des groupes d’individus se formèrent sous couvert d’amitié et d’entraide pour se défendre face aux autres bandes.

 

Si les Goodlows, les Kelleys, les Magnificents et autres Driver Brothers mettent alors un point d’honneur à se faire voir dans les lieux publics en jouant d’une image de durs à cuire, à quelques larcins près, l’idée n’était pas de s’adonner exclusivement à des activités criminelles.
 

Les choses commencent ensuite à changer dans les années 50 quand les clubs automobiles se développèrent (les Low Riders, les Coasters, les Road Devils, les Gladiators…). Réservés aux conducteurs de certains types de modèles, bien qu’ils ne soient ni des plus organisés, ni des plus reconnaissables et encore moins des plus nombreux, ceux-ci mettaient un point d'honneur à faire respecter ce qu’ils considèrent comme leur territoire, leur « turf ».

 

S'en suivirent ainsi des affrontements entre clubs rivaux, le plus souvent sur un terrain vague ou un parking. À coups de poing, de chaîne ou de batte de baseball, chaque camp en découd avec l’autre jusqu’à le faire déguerpir.

L'ÉBAUCHE D’UN GANG



Plus ou moins inspirés de leurs aînés, deux jeunes lycéens du ghetto de South Central, Raymond Washington et Stanley ‘Tookie’ Williams, vont créer à la fin des années 60 : les Baby Avenues West Side et les Baby Avenues East Side. Si là encore, il s’agit de se rassembler en petit comité autour de certaines valeurs viriles, il s’agit aussi de se protéger dans une Amérique où la ségrégation raciale existe et où la répression policière se fait de plus en plus féroce, et ce en particulier à Los Angeles, l’une de villes les plus inégalitaires du pays, foyer des émeutes de Watts en 1965.
Raymond et Stanley, tous deux déjà à la tête d’un embryon de gang, associent leurs efforts sous une bannière commune, les Cribs (« baraques » en argot). La nouvelle organisation va cependant changer de nom dans la foulée pour se faire appeler les Crips, une anagramme qui signifie Community Resources for Independent People et qui est censé refléter l’aspiration sociale du mouvement.

Forts de 200 et quelques membres, les Crips vont toutefois très vite s’empêtrer dans des querelles sans fin avec toutes les autres bandes de L.A., oubliant leur aspiration première. Ils se divisent ainsi en trois branches (les Eastside Crips, les Westside Crips et les Compton Crips) pour mieux asseoir leur domination territoriale et racketter à tout-va. Les différentes groupes, cliques, font preuve d’une brutalité inédite pour l’époque, allant même jusqu’à s’en prendre à ceux, qui parmi la communauté afro-américaine, contestent leur suprématie.

C’est d’ailleurs suite à l’un de ces agressions que la riposte va s’organiser, quand Vincent Owens et Sylvester Scott se font passer à tabac par une vingtaine de Crips. En réaction, les deux jeunes hommes vont convaincre diverses bandes autonomes qui traînent du côté de la Piru Street (les Pirus, les Black P. Stones, les Athens Park Boys….) de s’unifier afin de mieux se défendre. Ainsi sont nés les Bloods.


Largement inférieurs en nombre par rapport aux Bloods, en 1978, le rapport est estimé à trois contre un, les « cuz » comme ils s’appellent entre eux font grimper les niveaux de violence d’un cran.

 

Par exemple, l’initiation des nouveaux venus, les G’S / G’Ster /Gangster / Soldier, implique la plupart du temps de se faire passer à tabac par le groupe et/ou d’accomplir une mission (un vol armé, un acte de violence à l’encontre d‘un rival…).

LE BEURRE ET L’ARGENT DU BEURRE



Les Crips vivaient principalement du vol, du racket et du deal (marijuana, PCP…) cependant, une nouvelle drogue venue du Mexique vient bouleverser la donne : la cocaïne.

Adulée de la jet-set et de la bourgeoisie, qui en consomme régulièrement, elle n’est pas proposée en tant que telle aux populations des ghettos car trop chère, De ce fait, elle est transformée, à l’aide de bicarbonate de sodium, en petits cailloux blancs qui se fument à l’aide d’une pipe : le crack.

Facile à fabriquer et accessible à la vente (quelques dollars la dose), le produit rencontre alors un succès immédiat, et ce d’autant plus que le gang, comprenant la manne qui s’offre à eux, s’empresse de le distribuer dans tous coins de rue où il est implanté.

 

En offrant du travail et un revenu aux habitants du quartier, le gang s’impose rapidement auprès des plus jeunes. A la fois structures d’accueil et figure d’autorité face à une police et une justice perçues comme foncièrement hostiles.

La crack money (L’argent de la drogue) s’amasse à foison et elle permet aux Crips de s’armer en abondance (pistolets mitrailleurs, fusils d’assaut…). Régnant en une sorte de milices, le gang n’hésite plus à répondre de ses différents dans le sang. D’autres groupes se formèrent alors au sein même du gang, revendiquant leur autonomie tout en représentant fièrement  celui-ci.

Résultat, le taux d’homicides explose dans les grandes largeurs.

LA FIN DES SEVENTIES


Symboliquement, c’est à cette époque que les deux leaders historiques des Crips quittent la scène.

En mars 1979, c’est tout d’abord Tookie Williams qui se fait arrêter pour un quadruple meurtre (il sera exécuté en 2005 par injection létale), avant que Raymond Washington ne tombe sous les balles au mois d’août, lui qui depuis quelques temps déjà avait pris ses distances avec ses anciens camarades qu’il jugeait trop violents.

Ces disparitions brutales vont alors provoquer pas mal de frictions en interne, et ce notamment chez les deux des principaux  « sets » qui ne sont autre que les Rollin' 60 Neighborhood Crips et les 83th Gangster Crips (Eight Tray Gangster).

ROLLIN’60 NEIGHBORHOOD CRIPS


Le Rollin 60’s Neighborhood Crips (R60NHC), également connus sous le nom de Rich Rollin 60’s, est un set du gang de Stanley “Tookie” Williams , The Westside Crips. Il pris forme dans les années 1970, spécialisé dans le braquage de banque.

Le R60NHC possède à son tour plusieurs sets tels que les Avenues, Front Hood, Overhills et quelques autres sets. Les autorités policières pensent que les membres des Rollin 60 vont de 6 000 à 8 000 membres.

Dans l’histoire des Rollin 60’s, on ne peut omettre les Eight Tray Gangster Crips, qui étaient de proches alliées et qui combattaient main dans la main avec eux. Cependant, dans les années 1980, un retournement de situation fait que ces deux gangs sont devenu les pires ennemis que Los Angeles puisse créer. C’est cet affrontement qui est responsable de la première rivalité Crip On Crip.


Suite à cette rivalité, les autres groupes alentours étaient obligés de prêter allégeance à l’un ou à l’autre, ne pouvant clairement pas leur tenir tête. Les groupes s’étant affiliés au Rollin 60’s sont placés sous la coupe des “Neighborhood Crips”, également connu sous le nom de “Deuces” ou “Deuce Gang’s” (2x), alors que les groupes s’étant affiliés au Eight Tray Gangster Crips sont placés sous la coupe des “Gangster crips”, plus connu sous le nom de “Treys” ou “Trey Gang’s” (3x). C’est ainsi que le conflit de ces deux coalitions, Deuce gang’s et Trey Gang’s, voit le jour, entraînant le plus grand nombre de blessés et de morts entre deux sets d’un même Gang.

Aujourd’hui, ce conflit n’est plus aussi présent dans la lumière que dans les années 80, cependant le Rollin 60’s Neighborhood n’a rien oublié de ce qu’il considère comme une guerre non terminée. C’est ainsi que, suite à la disparition des 83th gangster Crips sur Forum Drive, Strawberry Avenue, Inglewood et sous les directives d’un Triple OG du Rollin 60’s reconnu sous le nom de “Cri Low”, deux Real Crippin sont envoyés à Forum Drive.

Kemal “Bully” Nash et Jamal “Cee-Dope” Norwood, ont pour objectif de prendre en charge ce nouveau Hood et tout ce qui va avec. Il sont alors tous deux promus au rang “Original Gangsta (OG)”. Désormais, tous devrons apprendre que Inglewood est sous l’égide du set le plus puissant des Neighborhood Crips : Rollin 60’s NHC.

PARTIE OOC (Out Of Character)

En créant cette faction, notre but est de proposer un RP autour d’un Set (un groupe, une clique) Crips. Nous offrons des informations sur tout ce qui gravite autour de ce set comme l’attitude générale des gangs Afro-Américain de Californie, la culture ghetto des Crips ou encore la triste réalité dans laquelle ils évoluent. Nous mettons la barre, en terme de qualité de Rôle Play, assez haute afin que chaque Rôliste présent se donne à fond et qu’il ne reste pas sur ses acquis. Si l’idée de ne pas être à la hauteur vous effleure l’esprit, sachez que nous sommes et serons présents pour vous aider à vous améliorer et à répondre à vos craintes.

Vous comprendrez bien que le Troll vocal ou écrit est prohibé (interdit) et que les attitudes de “recherche d’action” sont à proscrires. Le développement cohérent de votre personnage, autour d’une culture, devra être votre objectif principal dans ce projet. Incarner un personnage sans peur et pro de la gâchette le condamnera aussi vite qu’il est arrivé. Nous insistons bien sur le fait que : tout sera joué In Character.  Les petites rivalités OOC ou les embrouilles se doivent d’être inexistantes. Si le lead du projet ressent des tensions IC à cause d’actes ou de paroles OOC, alors il se réserve le droit de mettre à la porte les contrevenants. Dites vous bien que nous sommes là pour nous détendre, pour nous amuser, tout étant le plus Fair-play possible.. Nous avons tous suffisamment de soucis dans la vie et le Rôle Play n’est pas fait pour nous en rajouter. 

Règles

1. Respectez les règles du serveur et celles incluses dans le projet. Transgresser ces règles n’entraînera que des sanctions.

2. Il est important d’incarner un être humain avec tout ce qui en découle, comme les émotions. Votre personnage n’est pas un commando surentraîné, ni même le stéréotype du gangster de film hollywoodien des années 80.

3. Nous vous suggérons fortement d’incarner le rôle d’un résident de Forum Drive/Strawberry Avenue, âgé entre 13 et 17 ans.

4. Si vous avez des questions ou des plaintes concernant la faction ou même ses membres, n’hésitez pas à faire un retour aux Leaders.

5. Le fait d’entamer une approche donne la possibilité au Lead de CK votre personnage si nécessaire. Comprenez que votre personnage ne sera aucunement tué sans réel motif IC. Nous ne sommes pas de bourreaux, simplement des Rôlistes passionnés.

6. Respectez toujours les membres de la faction de manière OOC, être irrespectueux, raciste ou discriminatoire entraînera un kick/BL de la faction.

7. Restez le plus possible dans la peau de votre personnage. Limitez au maximum l’utilisation du OOC en scène.

  • Parker
  • Messages : 19
  • Membre de la communauté
  • Hors-ligne

Force à vous.

Posté il y à : 3 sem.
  • Nardcoleptique
  • Messages : 24
  • Membre de la communauté
  • Hors-ligne

Posté il y à : 3 sem.
  • Nardcoleptique
  • Messages : 24
  • Membre de la communauté
  • Hors-ligne

Posté il y à : 3 sem.
  • Nardcoleptique
  • Messages : 24
  • Membre de la communauté
  • Hors-ligne

 

Posté il y à : 3 sem.
  • Nardcoleptique
  • Messages : 24
  • Membre de la communauté
  • Hors-ligne

Posté il y à : 3 sem.
  • Yannis
  • Messages : 101
  • SARP Team
  • Hors-ligne

Je reconnais ça, c'est les meilleurs.

Posté il y à : 2 sem.
  • WeirdHuman
  • Messages : 86
  • Membre de la communauté
  • Hors-ligne

C'est cool 🦾

Posté il y à : 1 sem.